La formation continue sera-t-elle en mesure de faire faire face aux défis de demain ?

Il y a une profonde transformation qui s’opère au sein du marché du travail. Il en est de même pour les formations professionnelles et pour les apprentissages. En France, la formation continue est considérée comme efficace et apte à faire face aux nouvelles obligations.

Un bilan rempli de contrastes

Il est encore trop tôt pour affirmer avec précision les réels bénéfices que la réforme d’apprentissage et de la formation professionnelle peuvent apporter. En effet, il y a encore une multitude de mesures à mettre en place comme l’application mobile par exemple. Celle-ci facilitera le choix de la formation continue. Cela se fera en quelques clics. C’est une mesure préalable qui reprend celle qui a déjà existé le 31 décembre 2018 et qui est détaillée dans le rapport de l’OCDE qui s’intitule « Getting Skills Right: Future-Ready Adult Learning Systems ». Le résultat du rapport paraît assez sévère pour certains pays. Il met en évidence la digitalisation des économies et surtout l’absence de certaines qualifications pour certains postes à cause de la robotisation des emplois. Le fait de faire disparaitre les emplois à faible qualification incite les salariés à devenir beaucoup plus compétent pour se charger des missions à forte valeur ajoutée. En France, la réussite de la transformation digitale se base sur la formation en alternance et la formation continue.

La formation continue : la clé de la migration digitale du marché de travail

Le Compte Personnel de Formation ou CPF a connu d’importantes modifications. Ces changements ont été imaginés pour atteindre cet objectif assez ambitieux. De plus en plus d’entreprises continuent à proposer des formations continues à ces collaborateurs, leur permettant d’être de plus en plus autonomes. Le but est de favoriser l’employabilité et non d’agir contre le plan de développement des compétences. La formation continue se présente comme la solution la plus efficace pour subsister dans un univers qui ne cesse de changer à un rythme très accéléré. C’est sans doute pour cette raison que l’OCDE indique dans son rapport que 49% des salariés qui ont bénéficié d’une formation professionnelle ont réellement trouvé une véritable aide dans leur parcours professionnel.

L’employabilité : l’objectif commun de la formation professionnelle et de l’apprentissage

Il y a également eu quelques modifications au niveau des études initiales afin de faciliter l’intégration et le développement de l’alternance. Le but est d’optimiser les apprentissages théoriques, au service de la réalité du quotidien des entreprises.
Pour la formation continue, les évolutions ne touchent pas uniquement son système de financement. Au contraire, c’est la nature du contenu de l’apprentissage qui doit être au centre des préoccupations. Les offres d’emploi sont de plus en plus dominées par les formations numériques, et par les envies des salariés. S’ajoute à cela les compétences métiers qui constituent le second pilier de la formation professionnelle. Cela consiste à booster les compétences des salariés à occuper de nouvelles tâches au sein de l’entreprise. Pour affirmer l’employabilité, les PME et les multinationales s’efforcent d’adapter les formations intra entreprises de leurs collaborateurs à leurs besoins, sans étouffer l’envie du salarié de vouloir évoluer dans l’univers professionnel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *